Windows 10 sur ARM : Microsoft en dit plus sur les possibilités Et les limitations

La firme de Redmond a annoncé des ordinateurs Windows 10 dotés de processeurs ARM pour la première fois en 2016 lors de la WinHEC hardware conference à Shenzen en Chine.

Les premiers ordinateurs dotés de ces processeurs ont été officialisés en décembre 2017. Windows 10 sur ARM avait été annoncé comme devant être capable d’émuler les applications x86. La limitation la plus connue jusqu’ici étant que l’OS ne serait pas capable de faire tourner les variantes d’applications x64. La firme a publié une liste de limitations plus détaillée en fin de semaine passée ; tour d’horizon…

OK pour x86 et ARM32, non à x64

Microsoft confirme que Windows 10 sur ARM fera tourner toutes les applications conçues pour la plateforme x86. Par contre, les logiciels 64 bits conçus pour les processeurs Intel ou AMD ne seront pas pris en charge. La firme de Redmond annonce que les applications, pilotes et expériences natives de Windows comme le navigateur Edge ou l’assistant intelligent Cortana, ont été compilées pour la plateforme ARM64. La manœuvre est destinée à tirer le meilleur parti de l’autonomie des processeurs Snapdragon de Qualcomm.

Pour ce qui est des applications de la plateforme universelle Windows, Windows 10 sur ARM supportera les moutures x86 et ARM32, la dernière catégorie ne nécessitant pas d’émulation. Microsoft précise que dans le cas de la disponibilité des deux versions pour une application, celle tournant sur ARM32 sera préférée par l’OS et installée par ce dernier.

Jeux, pilotes et autres fonctionnalités

Comme on pouvait s’y attendre, tous les pilotes tiers devront être compilés pour ARM64. « Si votre application s’appuie sur un pilote non conçu pour la plateforme ARM, il faudra le recompiler pour cette dernière », écrit Microsoft. Du boulot en perspective pour les constructeurs de périphériques comme les imprimantes puisque ceux-ci publient uniquement des pilotes pour les plateformes x86 et x64 dans la plupart des cas. La note d’information arrive également avec du contenu susceptible d’intéresser les gamers. Microsoft note que les jeux et autres applications qui requièrent une version d’OpenGL ultérieure à 1.1 ne marcheront pas. La firme de Redmond propose de faire usage de la version DirectX (9 à 12) du jeu ou de l’application dans ces cas.

Dans une précédente version de cette note d’information, Microsoft fait part de limitations additionnelles dont : l’absence d’Hyper-V (Windows 10 sur ARM ne devrait pas permettre de lancer des machines virtuelles) et le mauvais fonctionnement des applications qui modifient des composants Windows. Ces détails ne paraissent plus dans la version actuelle ce qui laisse penser qu’une mise à jour est en cours.

Les développements de la note d’information concernent les développeurs dans leur grande majorité, mais Microsoft a pensé aux utilisateurs finals auxquels elle recommande de faire usage de l’outil de compatibilité des programmes (intégré à Windows 10) et des paramètres de l’émulation. Un usage approprié de ces réglages devrait permettre de se tirer de bien des situations difficiles.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 23 |

Actu en image