Une IA de Google permet de prédire le risque pour un patient de mourir bientôt

D’être réadmis à l’hôpital, sa durée d’hospitalisation, entre autres

Google fait de plus en plus de progrès dans ses projets liés à l’intelligence artificielle. À travers de nombreux centres de recherche y compris ceux dernièrement ouverts en Chine et en France, le géant de la Silicon Valley ne manque pas d’afficher son intention d’intensifier les recherches en intelligence artificielle. L’entreprise a d’ores et déjà fait d’énormes progrès en la matière. Google a également mis au point un algorithme pour évaluer le risque de décès d’une femme atteinte du cancer de sein en stade avancé. Après analyse de 175 639 points de données, l’algorithme a évalué le risque de décès de la femme à 19,9 pour cent. Elle décède quelques jours plus tard.

Cet algorithme s’est montré plus précis que les ordinateurs de l’hôpital qui avaient évalué le risque à 9,3 pour cent. Google n’a pas manqué de profiter de l’occasion pour mettre en évidence le potentiel de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé qui s’appuie sur les données pour apprendre et s’améliorer. C’est un outil qui pourrait prévoir un certain nombre de résultats pour les patients, y compris la durée d’hospitalisation, les chances de réadmission à l’hôpital et les chances de mourir bientôt. Il passe au crible toutes les données (même les notes enfouies dans les fichiers PDF ou griffonnées sur de vieux tableaux) pour sortir en un temps record une analyse précise avec comme preuve, des documents clés qui soutiennent son résultat.

Selon Nigam Shah, professeur associé à l’Université de Stanford, co-auteur du document de recherche de Google publié dans la revue Nature, les professionnels de la santé passent énormément de temps (près de 80 pour cent) pour informatiser ou rendre présentables les données des patients. L’approche de Google évite cela dorénavant. « La prochaine étape est de déployer ce nouvel outil dans les cliniques », a déclaré Jeff Dean, responsable IA chez Google. L’unité de recherche de Dean travaille également sur des outils capables de prédire les symptômes et les maladies avec un niveau de précision qui suscite à la fois espoir et alarme. C’est une fierté pour Google et tous ses ingénieurs de trouver un domaine commercial et surtout utile pour l’application de l’intelligence artificielle.

Les logiciels utilisés dans les centres de santé sont en grande partie codés à la main. L’approche de Google, dans laquelle les machines apprennent à analyser les données par elles-mêmes, « dépasse tout le reste », a déclaré Vik Bajaj, ancien dirigeant d’Alphabet Healthcare Verily et directeur de la société d’investissement Foresite Capital. « Elles comprennent quels sont les problèmes qui valent la peine d’être résolus », a-t-il ajouté. Dean envisage un système qui guide les médecins vers un diagnostic et un traitement. Malgré les prouesses déjà effectuées, il reste encore beaucoup à faire afin d’exploiter l’intelligence artificielle pour améliorer les résultats dans le domaine de la santé. Google n’est pas le premier à s’aventurer sur ce chemin. D’autres entreprises, comme l’unité Watson d’IBM, ont essayé d’appliquer l’IA à la médecine, mais ont eu un succès limité.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 23 |

Actu en image