Ubisoft met une IA au service des développeurs de jeux pour prédire les bogues

Et en identifier les causes potentielles

Ubisoft, le studio français de développement, d’édition et de distribution de jeux vidéo, a présenté un nouvel outil lors de la conférence Ubisoft des développeurs (UDC) à Montréal. Comme son nom le suggère, Dubbed Commit Assistant a pour objectif d’aider les développeurs à identifier les bogues lors du « commit », la phase pendant laquelle un développeur publie son code à l’ensemble de l’équipe. Pour ce faire, l’outil s’appuie sur l’intelligence artificielle.

« Je pense que comme beaucoup de bonnes idées, on se demande : comment se fait-il que nous n’y avions pas pensé avant ? », explique Yves Jacquier, qui dirige La Forge, la division R&D d’Ubisoft à Montréal. Son département travaille en partenariat avec des universités locales, dont McGill et Concordia. Afin de collaborer sur des recherches visant à faire progresser le domaine de l’intelligence artificielle dans son ensemble, et pas seulement dans l’industrie des jeux vidéo.

La Forge a fourni au « Commit Assistant » une dizaine d’années de code à travers la bibliothèque de logiciels d’Ubisoft. Permettant ainsi d’apprendre où les erreurs ont été historiquement faites, de référencer les corrections appliquées et de prédire quand un développeur pourrait écrire un bogue similaire. « Il s’agit de comparer les lignes de code que nous avons créées dans le passé, les bogues qui y ont été créés et les bogues qui ont été corrigés. Et de trouver un moyen de créer des liens entre eux pour fournir une super-IA pour les développeurs », explique Jacquier.

Les joueurs s’attendent à ce que les jeux vidéo publiés par les grands éditeurs comme Ubisoft soient exempts de bogues. Cependant, éliminer tous les bogues de ces produits peut être laborieux et prendre beaucoup de temps. Une aide supplémentaire n’est donc pas superflue.

Dans la vidéo de présentation, la voix avance :

« Les bogues et les régressions peuvent créer un ralentissement significatif dans un flux de travail complexe. Alors les éliminer aussi vite que possible est devenu une activité critique, car il peut arriver qu’ils absorbent jusqu’à 70 % des coûts de développement. Alors, imaginez être en mesure de prédire et de prévenir les bogues et les régressions avant qu’ils ne deviennent un problème. C’est ici qu’intervient Commit Assistant.

« S’appuyant sur les dernières techniques de machine learning et de big data, nous pouvons analyser tous les bogues et régressions passés et, pour chacun d’eux, déduire une signature unique. Ainsi, quand votre contribution de code est présentée à notre Commit Assistant, s’il trouve une correspondance dans l’une de ces signatures, il se focalise dessus et donne une estimation sur la probabilité que telle portion de code contienne un bogue.

« Commit Assistant va donc lancer une alerte qui est capable de se déclencher sur six bogues sur dix. Il y a tout de même 30 % de faux positifs. Néanmoins, tandis que de nouveaux bogues sont ajoutés, notre Commit Assistant va créer de nouvelles signatures, réduisant ainsi le taux de faux positif. »

Mais ce n’est pas tout. Commit Assistant va plus loin qu’une simple identification de bogues : « Il applique des techniques renforcées de machine learning pour extraire les causes les plus probables d’un problème spécifique puis suggère aux développeurs des corrections et des améliorations pour des résolutions rapides. »

Selon Yves Jacquier, l’IA pourrait permettre aux développeurs de gagner 20 % de leur temps.

Source : Stéphane le calme

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |

Actu en image