USA : l’IA pourrait remplacer la moitié des employés du secteur bancaire la prochaine décennie

Selon des experts de l’industrie

Ces dernières années ont vu une évolution fulgurante des technologies sur l’intelligence artificielle et la robotique. Ce qui a permis d’intégrer l’IA dans pratiquement tous les secteurs d’activités où l’homme intervient, pour l’aider ou le remplacer dans certains cas. Dans le secteur des banques, en particulier, l’IA pourrait remplacer plus de la moitié des travailleurs des services financiers des États-Unis au cours de la prochaine décennie, selon des experts de l’industrie, mais cela impliquerait plus d’investissement dans ce secteur.

À ce propos, James D’Arezzo, PDG de la société Condusiv Technologies, affirme que : « À moins que les banques ne s’occupent des problèmes de performance que l’IA causera pour les très grandes bases de données, elles ne seront pas en mesure de prendre l’argent gagné en éliminant des postes et de le dépenser pour les nouveaux services et produits dont elles auront besoin pour rester compétitives ». Il va plus loin en affirmant que la technologie de l’IA par l’utilisation de supercalculateurs ne ferait qu’accroitre les investissements.

Aussi, cette migration vers la technologie de l’IA qui parait de plus en plus inévitable aura pour conséquence majeure des pertes d’emplois dans ce secteur. D’où la prédiction l’an dernier de John Cryan, le PDG de la Deutsche Bank, qui affirmé que la progression de l’automatisation dans le secteur bancaire causera des pertes d’emplois conséquentes. « Dans notre banque, nous avons des gens qui travaillent comme des robots », dit-il. « Demain, nous aurons des robots qui se comporteront comme des gens. Peu importe si, en tant que banque, nous participons ou non à ces changements, cela va se produire. »

Chaque année, les banques traitent des centaines de milliers d’informations, ce qui nécessite d’importantes améliorations des performances des logiciels existants pour James D’Arezzo, car selon lui l’industrie financière est submergée par « un tsunami de données ». Toujours dans cette logique, il soutient que : « Cela met à rude épreuve la capacité de l’industrie financière à traiter toutes ces données. Cette industrie dépense plus en IT que toute autre industrie. »

Par ailleurs, la technologie de l’IA va permettre le support client automatisé, la détection des fraudes, la gestion des réclamations, la gestion des assurances, la mise en place d’assistants financiers virtuels automatisés, l’analyse prédictive dans les services financiers et les services de gestion du patrimoine pour les clients à faibles revenus.

Même si toutes ces prédictions annoncent la suppression de certains emplois dans le secteur financier, d’autres experts prédisent la création de nouveaux emplois. C’est le cas de Bhagwan Chowdhry, professeur de finance et d’économie à la UCLA Anderson School of Management qui a déclaré que : « La technologie éliminera certains emplois qui sont répétitifs et exigent moins de jugement humain » a-t-il dit, « mais je pense qu’ils seront remplacés par d’autres emplois où les humains sont meilleurs. Tout ce qui exige du jugement est quelque chose que les humains continueront à faire. Nous ne sommes pas bons pour multiplier les nombres à 16 chiffres, mais nous sommes bons pour juger les gens et détecter si quelqu’un dit la vérité. »

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image