Toshiba poursuit sa restructuration

Et cède son activité PC à Sharp, la filiale de Foxconn, après la vente de sa division dédiée aux puces-mémoires

L’entreprise technologique japonaise Toshiba vient d’annoncer qu’elle cède son activité PC à Sharp, une ancienne gloire de l’industrie technologique nipponne qui avait pourtant abandonné sa propre activité PC des années auparavant avant d’être rachetée par le taïwanais Foxconn (Hon Hai).

D’après l’accord conclu entre les deux parties, Sharp va payer 4 milliards de yens (31 millions d’euros) pour acquérir 80,1 % de Toshiba Client Solutions, la filiale de Toshiba qui propose des PC et d’autres produits destinés aux professionnels. Toshiba devrait, de son côté, conserver 19,9 % des parts de sa filiale qui était dans le rouge depuis plusieurs années. L’acquisition de l’activité PC de Toshiba par Sharp marque le retour de cette filiale de Foxconn sur un marché qu’il connait bien et où il a fait ses preuves.

Ébranlé par l’émergence de nouveaux concurrents sur ses marchés de prédilection, le recul de la demande pour les PC traditionnels et son décrochage du marché stratégique des mobiles (tablettes et smartphones), Toshiba n’a cessé de voir ses ventes de PC partir à la dérive. En grande difficulté financière, le conglomérat japonais poursuit activement sa restructuration en se débarrassant des activités qui ne cadrent plus avec les secteurs de développement stratégiques dont il a fait sa priorité (transport et énergie notamment).

L’année dernière, malgré la vive opposition de son partenaire Western Digital, Toshiba a signé un accord pour sceller la vente d’une partie de sa division dédiée aux puces-mémoires à un consortium emmené par le fonds d’investissement Bain Capital Private Equity pour un montant total de 15,1 milliards d’euros. Cet accord devait permettre à l’entreprise technologique japonaise de consolider sa situation financière fragilisée par la faillite de sa filiale nucléaire américaine Westinghouse, dont il détenait à ce moment-là 87 % des actions, et une série de scandales financiers.

Le consortium emmené par Bain qui fait l’acquisition de Toshiba Memory incluait notamment le fabricant de semi-conducteurs sud-coréen SK Hynix, le groupe industriel taïwanais spécialisé dans la fabrication de produits électroniques FoxConn et plusieurs entreprises technologiques américaines à l’instar de Dell, Apple, Seagate Technology, Cisco, Amazon et Kingston Technology. Il a remporté les faveurs du gouvernement japonais aux dépens d’un autre qui était emmené par Western Digital.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image