Actualités

Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple, quitte Facebook

Le réseau social bannit aussi deux autres firmes d'analyse de données

Le cofondateur d’Apple, Steve Wozniak, a déclaré qu’il quittait Facebook à cause du scandale de Cambridge Analytica. « Les utilisateurs fournissent tous les détails de leur vie à Facebook et... Facebook se fait beaucoup d’argent pour la publicité », a-t-il déclaré. Puis, il ajoute : « Les bénéfices de Facebook sont tous basés sur les informations de l’utilisateur, mais les utilisateurs ne récupèrent aucun bénéfice. »

Steve Wozniak a désactivé son compte Facebook après avoir publié le message suivant : « je suis sur le point de quitter Facebook, cela m’a apporté plus de points négatifs que de points positifs. » Il ajoute : « Apple a des moyens plus sûrs pour partager des informations personnelles (adresse électronique et SMS). » M. Steve Wozniak aurait désactivé son compte Facebook avec beaucoup de regret, car il ne voulait pas abandonner son pseudo « stevewoz ». « Je ne veux pas que quelqu’un d’autre le reprenne », a-t-il dit. Ces propos viennent de celui qui, lors d’une conférence internationale d’affaires à Montréal l’année dernière, avait dit qu’il essayait déjà « d’éviter Google et Facebook ».

Fin mars, le PDG d’Apple, Tim Cook, a également lancé une critique publique au cours d’une interview avec des journalistes. Ils lui ont demandé ce qu’il ferait s’il était dans la situation de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook. Il a répondu : « Je ne serais jamais dans cette situation. » Il a ajouté qu’Apple examine les applications pour confirmer que chacune répond aux normes de confidentialité exigées par sa société. Wozniak félicite d’ailleurs Apple pour le respect qu’il accorde à la vie privée de ses clients.

Cook a également remis en question le fonctionnement des réseaux sociaux avec la monétisation des données personnelles de leurs utilisateurs. Zuckerberg a riposté dans une interview subséquente qualifiant les commentaires de Cook d’« extrêmement déplacés ». « Chez Facebook, nous sommes carrément dans le camp des entreprises qui travaillent dur pour facturer moins et fournir un service gratuit accessible à tous », a déclaré Zuckerberg. Facebook estime à 87 millions, les utilisateurs dont leurs informations personnelles ont été involontairement partagées. La plupart se trouveraient aux États-Unis (plus de 70 millions).

Facebook ne recule pas devant les obstacles selon l’analyste Jefferies Brent Thill. « Nous avons analysé le trafic de Facebook au cours du mois de mars et nous pensons que les dernières nouvelles concernant la politique de sécurité des données de Facebook n’ont pas eu d’impact significatif sur l’engagement de la plateforme et de ses utilisateurs », a-t-il déclaré. D’après les résultats d’une enquête menée auprès de 750 internautes américains, Facebook et Instagram sont encore en tête, selon Thill, 93 % d’entre eux utilisant Facebook et environ 50 % utilisant Instagram.

Facebook a suspendu deux autres sociétés d’analyse de données

Facebook a confirmé qu’il avait suspendu CubeYou, une firme californienne accusée de récolter des données d’utilisateurs sous de faux prétextes. Cela est venu après la suspension d’AggregateIQ, une entreprise canadienne qui serait liée à Cambridge Analytica.

Une enquête de la CNBC a révélé que la société CubeYou organisait des « quiz sur la personnalité » qui, selon elle, étaient utilisés pour la recherche universitaire, mais vendait les données obtenues à des clients du marketing commercial. Facebook n’était pas au courant du problème jusqu’à ce qu’il soit alerté par CNBC. CubeYou a travaillé avec le centre de psychométrie de l’Université de Cambridge bien que le centre ait déclaré à CNBC que la collaboration était très limitée.

Le cas d’AggregateIQ, une entreprise de Victoria, en Colombie-Britannique, a été signalé par Christopher Wylie. Il a mis en lumière la violation par Cambridge Analytica des règles de données de Facebook et a déclaré qu’AggregateIQ fonctionnait comme un département interne de Cambridge Analytica. Le numéro de téléphone du président d’AggregateIQ, Zackary Massingham, figurait dans les informations de contacts du bureau canadien des élections SCL. Facebook a donc annoncé la suspension d’AggregateIQ sur la base de ses rapports avec la société mère britannique Cambridge Analytica et SCL (bureau canadien des élections).

AggregateIQ nie toute connexion à SCL ou à Cambridge Analytica. Néanmoins, les autorités canadiennes enquêtent également sur AggregateIQ au sujet d’éventuelles violations de la vie privée.

Autres aticles de la rubrique

Vidéo du jour

Duel de la semaine

Newsletter

Je souhaite rester informé et recevoir toutes les informations sur TechDeGeek dans ma boite mail