Smartphones Android : plus de déverrouillage du bootloader chez Huawei

Le constructeur chinois accorde un sursis de 2 mois pour certains appareils

L’information a filtré depuis la page dédiée mise en place par le constructeur chinois pour les consommateurs, puis s’est répandue sur les forums spécialisés et les réseaux sociaux. Huawei ne va plus admettre le déverrouillage du chargeur d’amorce sur ses smartphones Android.

Dans un message diffusé le 24 mai, Huawei écrit : « dans le but d’offrir la meilleure expérience utilisateur et éviter les soucis qui découlent du flashage de ROM, le service de déverrouillage est mis à l’arrêt pour les produits lancés après le 24 mai 2018. Pour ceux lancés sur le marché avant cette date, le service continuera d’opérer 60 jours après cette annonce. »

La manœuvre fait suite à la disparition, plus tôt ce mois, de la page de génération des codes de déverrouillage. D’après ce que rapporte le site spécialisé XDA Developers, la page a disparu sans explication et a temporairement cédé la place à un Google Doc au travers duquel le constructeur acceptait les requêtes des utilisateurs et leur acheminait le nécessaire pour mener à bien l’opération.

Pour ceux qui font connaissance pour la première fois avec le bootloader, il faut dire qu’il s’agit d’une section de la mémoire morte qui se charge de démarrer un téléphone. Concrètement, il s’agit d’assurer des opérations comme le chargement du noyau du système d’exploitation en mémoire et le transfert du contrôle à ce dernier. Par défaut sur les smartphones le chargeur d’amorce est verrouillé, c’est-à-dire, qu’il permet de faire démarrer l’appareil uniquement si le noyau du système d’exploitation est officiel (issu de l’entreprise qui vend le smarphone). Le déverrouillage du bootloader permet d’installer un kernel personnalisé et, ainsi, de fonctionner avec un système d’exploitation personnalisé (communément appelé ROM custom dans l’univers du smartphone). L’utilisation d’un noyau custom peut permettre d’obtenir de nombreux avantages : boost des performances du mobile (fonctionnement en overclocking, etc.), gain d’autonomie, rajout de fonctions supplémentaires (récupération, autoroot, etc.), prise en charge du protocole USB OTG, etc.

Huawei offre deux ans de support technique, ce qui signifie une courte durée de vie pour l’appareil qui, au-delà de cette période, ne reçoit plus de mises à jour de sécurité et est donc vulnérable aux attaques informatiques en tous genres. Au travers du déverrouillage du chargeur d’amorce, les utilisateurs ont la possibilité d’installer des ROM alternatives comme LineageOS et, ainsi, allonger la durée de vie de leur terminal.

Certes, la communauté de développeurs de ROM custom ne pèse pas pour beaucoup dans l’écosystème Android, mais il semble que sa voix porte dans l’univers de la Tech. Huawei vient de se la mettre à dos et risque fort bien d’en ressentir les effets négatifs.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 12 |

Actu en image