Mark Zuckerberg annonce (avec un peu de regret ?) la fonctionnalité « Clear History »

Qui permet d’effacer son historique de navigation sur Facebook

Facebook vient d’annoncer une énième mesure visant à regagner la confiance des internautes en montrant sa détermination à leur donner plus de contrôle sur leurs données personnelles et à les protéger. L’une des dernières actions du réseau social, allant dans ce sens, était sa campagne contre la croyance populaire selon laquelle si Facebook est gratuit alors ce sont les utilisateurs qui sont le produit de l’entreprise. La firme de Mark Zuckerberg a assuré que ce n’était pas le cas, qu’elle ne vend pas les données des utilisateurs, mais qu’elle les utilise pour leur offrir un meilleur service. L’entreprise explique par exemple que ces données l’aident à montrer aux utilisateurs des publicités meilleures et plus pertinentes, ce qui permet donc aux annonceurs d’atteindre les bonnes personnes. Cela dit, les utilisateurs disposent quand même de certaines options pour contrôler la manière dont leurs données peuvent être utilisées pour les annonces ciblées.

Facebook compte maintenant offrir une nouvelle fonctionnalité de confidentialité pour ses utilisateurs : Clear History. Comme son nom l’indique, elle permet aux utilisateurs d’effacer leur historique de navigation sur le réseau social. Cette fonctionnalité, annoncée hier à la conférence annuelle F8 de Facebook pour les développeurs, devrait être disponible « dans les mois à venir ».

« Dans votre navigateur Web, vous disposez d’un moyen simple d’effacer vos cookies et votre historique. L’idée est que beaucoup de sites ont besoin de cookies pour fonctionner, mais vous devriez toujours pouvoir effacer votre historique quand vous le voulez. Nous construisons une version de [cette fonctionnalité] pour Facebook aussi. Ce sera un contrôle simple pour effacer votre historique de navigation sur Facebook - ce sur quoi vous avez cliqué, les sites Web que vous avez visités, et ainsi de suite », a écrit Mark Zuckerberg dans un post sur Facebook.

« Cette fonctionnalité vous permet de voir les sites Web et les applications qui nous envoient des informations lorsque vous les utilisez, de supprimer ces informations de votre compte et de désactiver notre capacité à les stocker dans votre compte », explique Erin Egan, Chief Privacy Officer de Facebook, dans un autre post. Il profite également pour préciser que les applications et sites Web qui utilisent des fonctionnalités telles que le bouton « J’aime » ou Facebook Analytics envoient au réseau social des informations pour améliorer son contenu et ses annonces.

En résumé, cette fonctionnalité vise à permettre aux utilisateurs d’isoler Facebook du reste de leur activité de navigation Web. Sa finalité s’apparente donc à celle de l’extension Facebook Container lancée fin mars par Mozilla pour Firefox. Mais contrairement à Clear History qui est utilisé à postériori, c’est-à-dire après que les données sont collectées, la solution de Mozilla veut tout simplement empêcher Facebook de collecter des données sur les utilisateurs alors qu’ils ne sont pas sur son site.

Pour revenir à la décision de construire la fonctionnalité Clear History, elle semble également avoir été prise sous contrainte. Facebook insiste en effet sur l’importance de conserver l’historique de navigation de ses utilisateurs. « Pour être clair, lorsque vous effacez vos cookies dans votre navigateur, cela peut dégrader certaines parties de votre expérience », explique Mark Zuckerberg. « Vous devrez peut-être vous reconnecter à chaque site Web et vous devrez peut-être reconfigurer les choses. La même chose sera vraie [avec la fonctionnalité Clear History] », dit-il. « Votre Facebook ne sera pas aussi bon s’il doit réapprendre vos préférences. » Le PDG du numéro des réseaux sociaux déclare également que « c’est quelque chose que les défenseurs de la vie privée ont demandé » et Facebook va travailler avec eux pour s’assurer que tout va bien. Ces propos révèlent-ils un peu de regret chez Mark Zuckerberg ? N’aurait-il pas annoncé une telle fonctionnalité si les défenseurs de la vie privée ne l’avaient pas demandé avec le scandale impliquant la firme d’analyse Cambridge Analytica ?

Sources : Michael Guilloux

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image