Actualités

Les start-ups chinoises recrutent des femmes séduisantes

Pour motiver leurs programmeurs, baisser leur stress et les rendre plus productifs

Dire que les femmes ne sont pas faites pour la tech a récemment suscité de vifs débats en Occident avec le mémo de l’ex-employé James Damores de Google. Mais en Chine, ce stéréotype de genre semble être accepté par la grande majorité. De nombreuses entreprises chinoises ne font aucun détour dans leurs offres d’emploi, en précisant pour certains postes normalement accessibles aux femmes qu’ils préfèrent les hommes. Dans l’industrie chinoise de la technologie notamment, les hommes dominent les premiers rangs. Le New York Times note par exemple qu’une seule femme siège dans le conseil d’administration de 11 membres d’Alibaba, le géant du commerce électronique. Chez Baidu, le Google chinois, aucun des cinq membres de son conseil n’est une femme. Chez Tencent également, il n’y en a pas.

Toutefois, les femmes sont de plus en plus sollicitées dans les équipes de développeurs, mais en tant que « motivatrices de programmeurs », comme on les appelle en Chine. Les qualifications requises pour exercer cette fonction sont simples : être séduisante, savoir charmer et être capable de faire des massages relaxants aux codeurs quand ils sont stressés par le travail.

« Ils ont vraiment besoin de quelqu’un pour leur parler de temps en temps et organiser des activités pour eux afin de faire descendre la pression », a déclaré mademoiselle Shen Yue, 25 ans et diplômée en génie civil d’une université de Pékin. Elle travaille en tant que motivatrice de programmeur chez Chainfin.com, une société de crédit à la consommation.


Shen Yue faisant un massage à un collègue dans son rôle de « motivatrice de programmeur » chez Chainfin.com à Pékin

Mademoiselle Shen a commencé à travailler chez Chainfin.com en octobre dernier. Elle a refusé de divulguer son salaire, mais Zhang Jing, le responsable des ressources humaines qui l’a embauchée, dit qu’elle gagne environ 950 $ par mois... Au bureau où elle doit toujours être souriante, elle est appelée par son surnom, Yueyue, qui se traduit par Joie.

Chez Chainfin.com, la majeure partie de son travail consiste à s’occuper de la réception, à organiser des événements sociaux, à commander des collations pour les pauses-café et à parler avec les programmeurs. Elle prête également l’oreille aux problèmes que rencontrent les développeurs au travail : elle peut appeler un programmeur dans une salle de conférence et lui demander s’il a dû faire des heures supplémentaires. Il commence alors à parler et exprimer ses diverses frustrations, alors que mademoiselle Shen a pour mission de faire baisser son stress et le remotiver si nécessaire.

Guo Zhenjie, un développeur de l’entreprise, a par exemple mal au dos à cause de longues heures passées à son bureau. Il a en effet dû travailler jusqu’à 10 ou 11h du soir plusieurs fois de suite, et pour cela avait un lit dépliable à côté de son bureau. Shen Yue lui a donc fait un massage en vue de le soulager. « Ça me fait vraiment du bien », a dit M. Guo, pendant que la motivatrice de programmeur lui massait doucement le dos avec un appareil de massage.

Feng Zhiyi, qui travaille dans la recherche et le développement chez Chainfin.com, se réjouit d’avoir une motivatrice de programmeur dans son entreprise. Il estime que Shen a amélioré l’environnement de travail en organisant des fêtes d’anniversaire et en faisant en sorte que les programmeurs soient actifs avec des jeux comme le tir à la corde ou les courses en sac.

Pour certaines start-ups, avoir une motivatrice de programmeur dans le personnel est l’un des nombreux avantages pour attirer les codeurs masculins, alors que la programmation est un travail qui est en forte demande dans le monde technologique en plein essor de la Chine. Selon Human Rights Watch, l’organisme de défense des droits de l’Homme basé à New York, les grandes entreprises comme Baidu, Alibaba et Tencent ont aussi publié à plusieurs reprises des annonces de recrutement affirmant que de « belles filles » travaillent chez eux. Alibaba a par exemple fait, dans une offre d’emploi, la promotion pour une motivatrice de programmeur d’une « beauté indiscutable » en 2015, mais a supprimé l’annonce après avoir été critiqué par les internautes chinois.

On ne sait pas combien d’entreprises emploient des motivatrices de programmeurs. Mais ces emplois seraient principalement recherchés dans des petites start-ups, d’après Baidu Baipin, un site de recherche d’emploi exploité par Baidu. Ce métier semble également être accepté par les Chinois.

Wang Jie, le directeur général de Shanbay.com, une application qui aide les gens à apprendre l’anglais, a dénoncé cette « objetisation » des femmes par d’autres start-ups, choqué par le fait que certaines entreprises technologiques utilisaient de « belles femmes » pour attirer les programmeurs masculins. Il a donc écrit un post en octobre dernier sur Zhihu, la version chinoise du site de questions et réponses Quora, disant que les entreprises occidentales seraient poursuivies chez elles si elles postaient des annonces similaires. Mais, il s’est rendu compte qu’il ne pouvait rien changer à cela, quand la plupart des réponses visaient à lui jeter la pierre. Les hommes qui ont répondu à son message ont dit : « S’il y a plus de belles femmes, je serai plus heureux dans mon travail. Quel est le problème ? », rapporte M. Wang. Et certaines femmes ont dit : « En tant que femme, je ne pense pas du tout que ce soit un problème. »

Autres aticles de la rubrique

Vidéo du jour

Duel de la semaine

Newsletter

Je souhaite rester informé et recevoir toutes les informations sur TechDeGeek dans ma boite mail