Informatique

Google veut propulser de nouveaux standards Web inspirés de sa technologie AMP

Pour rendre l'ensemble du Web plus rapide

Google a annoncé la technologie AMP (Accelerated Mobile Pages) fin 2015 dans un souci d’apaiser les utilisateurs mobiles qui ont vu leur expérience se dégrader considérablement à cause de la publicité. L’objectif est en effet, comme son nom l’indique, de permettre aux éditeurs de fournir du contenu optimisé pour les mobiles, c’est-à-dire des pages Web qui pourraient se charger presque instantanément sur un appareil mobile.

Techniquement, AMP est une méthode de création de pages Web pour du contenu statique permettant un rendu rapide. AMP se compose de trois parties, à savoir AMP HTML, un sous-ensemble restreint de HTML avec des balises spécifiques à AMP pour des choses comme les images, l’audio et la vidéo ; AMP JS, une bibliothèque JavaScript qui garantit un rendu rapide des pages AMP HTML ; et un système de cache comme Google AMP Cache (en option) qui permet de fournir les pages AMP HTML.

La technologie AMP est actuellement utilisée par des centaines de sites américains et européens, pas seulement pour la vitesse de chargement qu’elle offre aux internautes, mais aussi parce que les pages AMP ont un traitement de faveur sur le moteur de recherche de Google. Pour cette raison entre autres, le projet AMP a été très critiqué ; certains estimant que cela pourrait donner trop de contrôle à Google en échange d’un meilleur placement sur ses pages de recherche.

Google semble avoir tenu compte de ces critiques et souhaite maintenant apporter à tous les sites le même traitement de faveur jusqu’à ce jour réservé aux sites AMP, à condition de respecter un ensemble de futures normes Web et répondre à des critères objectifs de performance et d’expérience utilisateur. « Sur la base de ce que nous avons appris d’AMP, nous sommes prêts à passer à l’étape suivante et à prendre en charge davantage de contenu à chargement instantané non basé sur la technologie AMP dans les zones de recherche Google conçues pour [le contenu AMP] », a annoncé Malte Ubl, lead technique du projet AMP chez Google. « Ce contenu devra suivre un ensemble de futures normes Web et répondre à un ensemble de critères objectifs de performance et d’expérience utilisateur pour être éligible », a-t-il ajouté.

Comme l’explique Malte Ubl, l’objectif de Google est d’étendre la prise en charge de fonctionnalités réservées au contenu AMP, telles que le carrousel Top Stories à un contenu non-AMP qui « répond à un ensemble de critères de performance et d’expérience utilisateur » et qui « implémente un ensemble de nouvelles normes Web ». Les normes en question, proposées ou soutenues par Google et motivées par AMP, sont en cours de développement dans le cadre de divers projets du Web Platform Incubator Community Group (WICG). Il s’agit des projets : Feature Policy (qui permet aux développeurs d’activer et désactiver certaines fonctionnalités du navigateur à volonté), Web Packaging, iframe promotion, Performance Timeline et Paint Timing. Il semble également que Google va intégrer certaines de ces nouvelles normes dans son projet AMP.

Ces technologies venant à peine d’emprunter le chemin de la normalisation au W3C, Google ne fournit pas encore de date quant à leur disponibilité. Le géant de l’Internet explique également qu’il s’agit d’une alternative à son projet AMP, mais ce dernier restera ce qu’il recommande. « Nous partons de ce que nous avons appris d’AMP et travaillons sur des standards Web qui permettront un chargement instantané pour du contenu web non AMP », explique Malte Ubl, avant de préciser qu’AMP sera toutefois « le choix de Google pour créer de grandes expériences utilisateur sur le Web. Ce sera juste l’un des nombreux choix, mais ce sera celui que nous recommandons. »

Autres aticles de la rubrique

Vidéo du jour

Duel de la semaine

Newsletter

Je souhaite rester informé et recevoir toutes les informations sur TechDeGeek dans ma boite mail