Google Search va utiliser la vitesse de téléchargement d’une page sur mobile comme un facteur de classement

Google a annoncé le lancement d’un nouveau projet visant à améliorer ses résultats de recherche sur mobile, à partir de juillet 2018.

Les gens veulent être en mesure de trouver des réponses à leurs questions aussi vite que possible – les études montrent que les gens se soucient vraiment de la vitesse de chargement d’une page. Bien que la vitesse ait été utilisée dans le classement depuis un certain temps, ce signal était axé sur les recherches sur ordinateur. Aujourd’hui, nous annonçons qu’à partir de juillet 2018, la vitesse de la page sera un facteur de classement pour les recherches sur mobile », ont expliqué Zhiheng Wang et Doantam Phan de Google.

En clair, la vitesse de chargement de la page, qui était déjà l’un des critères utilisés pour le classement des résultats sur desktop, sera également utilisée sur mobile à partir de juillet 2018.

En novembre 2014, Google a commencé à étiqueter les sites comme « adaptés aux mobiles » pour désigner les pages optimisées pour une consultation sur mobile. La société a ensuite passé les quelques années suivantes à expérimenter l’utilisation du label « mobile-friendly » comme facteur de classement, poussant finalement ces changements en avril 2015. Le label a été retiré en août 2016, la société ayant peut-être noté que les pages devenues « mobile-friendly » sont de plus en plus nombreuses.

Cette fois-ci, Google prévoit sans doute d’utiliser cette même stratégie sur les accélérations de pages sur mobiles :

« La “Speed Update”, comme nous l’appelons, n’affectera que les pages qui offrent l’expérience la plus lente aux utilisateurs et n’affectera qu’un faible pourcentage de requêtes. Elle applique le même standard à toutes les pages, quelle que soit la technologie utilisée pour concevoir la page. L’intention de la requête de recherche est toujours un signal très fort, donc une page lente peut toujours être très bien classée si elle a un contenu intéressant. »

Cette stratégie fait partie d’une ambition plus grande de Google pour accélérer le web sur mobile. Plus tôt ce mois-ci, la société a commencé à déployer sa nouvelle Search Console auprès des propriétaires de sites Web. L’outil permet aux développeurs Web d’analyser l’indexation de leur site sur la recherche Google, d’afficher les analyses, de lire les liens entrants, de soumettre et de supprimer du contenu pour l’analyse, de surveiller les logiciels malveillants, etc.

Google ne propose pas d’outil indiquant directement si une nouvelle page sera affectée par ce nouveau facteur de classement mobile à partir de juillet. Au lieu de cela, la société pointe du doigt trois de ses propres ressources que les développeurs peuvent utiliser pour évaluer les performances de leur page mobile :
Chrome User Experience Report : un ensemble de données publiques sur les mesures clés de l’expérience utilisateur pour les destinations populaires sur le Web, telles qu’elles sont vécues par les utilisateurs de Chrome dans des conditions réelles ;
Lighthouse : un outil automatisé et une partie des outils de développement Chrome pour auditer la qualité (performance, accessibilité, et plus) des pages Web ;
PageSpeed ​​Insights : un outil qui indique le niveau de performance d’une page dans le rapport Chrome UX et suggère des optimisations de performances.

Fait intéressant, l’annonce ne mentionne pas le projet Accelerated Mobile Pages (AMP) de Google. Lors de sa conférence I/O dédiée aux développeurs, la société a indiqué que les pages AMP se chargeaient deux fois plus vite depuis Google Search et la semaine dernière, l’équipe a annoncé que les URL AMP seraient relookées. Il ne semble pas qu’implémenter AMP suffise à tirer parti de cette prochaine “Speed Update” : « Nous encourageons les développeurs à penser de façon générale sur la façon dont les performances affectent l’expérience utilisateur sur leurs pages », a précisé Google.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image