Actualités

Fake news : Facebook veut laisser à ses utilisateurs le soin de déterminer quelles sont les sources de confiance

Une mesure qui inquiète les éditeurs

Facebook a annoncé vendredi qu’il prévoyait de donner la priorité aux actualités de bonne qualité sur sa plateforme en permettant à ses utilisateurs de classer les sources d’information qu’ils considèrent comme les plus crédibles et dignes de confiance.

L’initiative, qui fait suite à une refonte que Facebook a annoncée la semaine dernière pour mettre en avant les posts, vidéos et photos partagés par les amis et la famille, n’est pas censée faire augmenter le volume des actualités qui sont diffusées sur le réseau social. En fait, elle aura principalement des répercussions sur les actualités consommées sur Facebook, favorisant potentiellement les noms les plus familiers dans les médias qui sont considérés comme les plus crédibles, tout en tenant à l’écart des noms moins connus et moins fiables.

« Il y a trop de sensationnalisme, de désinformation et de polarisation dans le monde aujourd’hui », a expliqué Mark Zuckerberg, directeur général de Facebook, dans un article vendredi. « Nous avons décidé que le fait de permettre à la communauté de déterminer quelles sources sont généralement fiables serait le plus objectif. »

Facebook compte donc bien mettre à profit son énorme base de données utilisateur (plus de deux milliards) à contribution pour participer à cette décision.

Bien entendu, cette initiative n’a pas été accueillie avec joie par de nombreux éditeurs ; il faut dire que bon nombre d’entre eux comptaient sur Facebook pour pouvoir atteindre un certain public, si les données changent et que le public peut désormais participer à décider si leur voix était crédible, cela peut avoir un impact sur leur trafic.

Pour les éditeurs, le nouveau système de classement de Facebook a soulevé des préoccupations immédiates, notamment si le fait que les opinions des utilisateurs sur la crédibilité d’une source étaient susceptibles d’être manipulées.

« Il est absolument positif de commencer à essayer de séparer le bon grain de l’ivraie en termes de réputation et d’utiliser les marques comme valeurs de confiance », a reconnu Jason Kint, directeur général de Digital Content Next, un groupe de commerce qui représente le divertissement et les organisations de presse. « Mais le diable se cache dans les détails sur la façon dont ils vont l’exécuter. »


Jason Kint, PDG Digital Content Next

Et de continuer en disant « Comment cela peut-il être déjoué ? Pourquoi devons-nous faire confiance à un tel système de classement ? Il y a beaucoup de questions à ce stade. »

Le nouveau système pourrait également favoriser les éditeurs partisans. Les utilisateurs de Facebook, invités à classer les informations auxquelles ils font le plus confiance, pourraient choisir les sites qui parlent le plus clairement de leurs croyances personnelles, réduisant ainsi la prédominance des éditeurs qui tentent de garder un ton objectif.

David Kaye, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’expression, a déclaré que Facebook se heurterait probablement à des questions plus difficiles en déployant le nouveau programme de classement mondial.

« Que se passera-t-il dans les situations où une communauté détermine qu’une source d’actualités est digne de confiance, mais cette source est censurée ou illégale dans ce pays ? », a-t-il demandé, notant que, dans de nombreuses régions du monde, les gouvernements contrôlent toutes les chaînes officielles d’informations tandis que les sources indépendantes d’information sont interdites ou forcées de publier de façon pseudo-anonyme.


David Kaye, rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression

Dans le passé, a-t-il ajouté, Facebook s’est conformé aux règles locales lorsqu’il opérait à l’étranger : « Que va faire Mark Zuckerberg lorsque les besoins de la communauté, dans ce qu’elle juge être des actualités fiables, sont différents de ce que le gouvernement a déterminé. Avec qui Facebook sera-t-il ? »

Dans son message vendredi, Zuckerberg a déclaré que le nouveau changement « ne fera que déplacer l’équilibre des actualités que vous voyez vers des sources qui sont déterminées à faire confiance à la communauté. »

Facebook a déclaré que les actualités seraient priorisées selon le nouveau système de classement à partir de lundi, avant de s’étendre globalement. Certains utilisateurs de Facebook ont déjà été invités à classer la fiabilité des sites d’information qui apparaissent sur le réseau social. Dans un sondage, il a été demandé à ce panel restreint s’il a reconnu un certain nombre de sites Web, puis « Dans quelle mesure faites-vous confiance à chacun de ces domaines ? » Le panel a pu choisir parmi une gamme de réponses, notamment « entièrement, beaucoup, à peine et pas du tout. »

« Dans le cadre de nos enquêtes de qualité en cours, nous avons demandé à un échantillon diversifié et représentatif d’utilisateurs de Facebook à travers les États-Unis de mesurer leur connaissance des sources d’information et leur confiance », a déclaré Todd Breasseale, un porte-parole de Facebook. « Nous renforçons les liens des sources avec des scores de confiance élevés et rétrogradons les liens des sources avec des scores de confiance faibles. »

Cette stratégie adoptée par Facebook intervient alors que les critiques l’accusaient de ne pas en faire assez pour éradiquer les fausses actualités et la désinformation sur sa plateforme. Critiques qui lui ont été portées fin 2016 après l’élection présidentielle. Il lui était reproché notamment d’avoir laissé circuler trop de fausses actualités sur Hillary Clinton, ce qui aurait affecté les résultats de l’élection. L’année dernière, Facebook a également reconnu que les agents russes avaient utilisé le site pour diffuser des publicités et des posts afin de manipuler l’opinion publique.

Autres aticles de la rubrique

Vidéo du jour

Duel de la semaine

Newsletter

Je souhaite rester informé et recevoir toutes les informations sur TechDeGeek dans ma boite mail