Facebook a partagé des données avec le fabricant de téléphones chinois Huawei

Cela ne semble jamais prendre fin : Facebook Inc. fait face à une nouvelle tempête de critiques concernant le partage de données après que les nouvelles ont révélé que la société avait des partenariats de partage de données avec environ 60 fabricants d’appareils, dont une entreprise chinoise.

Cette entreprise est Huawei Technologies Co. Ltd., qui selon les chefs des services secrets a des liens étroits avec le gouvernement chinois et pourrait être impliquée dans des affaires d’ espionnage contre les Etats-Unis. sur l’Iran.

Les relations de partage de données ont débuté en 2010 et comprenaient également les sociétés chinoises Lenovo Group Ltd., Oppo Electronics Corp. et TCL Communication Technology Holdings Ltd. Les partenariats sont en cours, mais selon le New York Times , Facebook va bientôt rompre l’accord avec Huawei.

Selon le Times, de tels accords avec les fabricants d’appareils ont débuté dès 2007 avant que les applications autonomes fonctionnent bien sur les téléphones, ce qui a permis aux fabricants de téléphones de mettre en place des fonctionnalités telles que des boutons, des carnets d’adresses et des mises à jour.

Ce n’était pas différent de ce qui était offert aux géants des smartphones comme Apple Inc. et Samsung Electronics Inc. ainsi qu’à de nombreux autres fabricants d’appareils, mais le fait qu’une société chinoise impliquée dans l’espionnage ait été impliqué a soulevé des sourcils. Il s’avère également que les données recueillies auprès des utilisateurs pourraient être liées aux relations, aux tendances politiques et au statut éducatif.

Le sénateur républicain John Thune a demandé que Facebook explique au Congrès l’étendue de ces partenariats. "Facebook apprend de lamentables leçons qu’une transparence significative est une norme à atteindre", a-t-il déclaré.

Dans un communiqué, le sénateur Mark Warner a déclaré que ce n’est pas un secret que Huawei a été sous les feux de la rampe, puisque en 2012 on disait que la compagnie était peut-être un peu trop proche du gouvernement chinois. "Les informations selon lesquelles Facebook a fourni un accès privilégié à l’API de Facebook aux constructeurs chinois comme Huawei et TCL soulèvent des inquiétudes légitimes, et j’attends avec impatience d’apprendre comment Facebook n’a pas envoyé d’informations sur ses utilisateurs aux serveurs chinois".

"Les intégrations de Facebook avec Huawei, Lenovo, OPPO et TCL ont été contrôlées dès le départ - et nous avons approuvé les expériences Facebook que ces entreprises ont construites", a déclaré Francisco Varela, vice-président des partenariats mobiles de Facebook. "Compte tenu de l’intérêt du Congrès, nous voulions préciser que toutes les informations provenant de ces intégrations avec Huawei étaient stockées sur l’appareil, et non sur les serveurs de Huawei."

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image