Coincheck, la plateforme d’échange de cryptomonnaies, a promis de rembourser l’équivalent de 340 millions d’euros à ses clients suite au piratage

Coincheck, une entreprise japonaise fondée en 2012 à Tokyo, au Japon, a lancé sa plateforme d’échange NEM en s’appuyant sur la technologie de la blockchain pour sécuriser les transactions de sa plateforme.

Pour ce qui est du fonctionnement de cette plateforme, l’entreprise explique le système intelligent, basé sur l’achat et la vente de jetons NEM avec diverses cryptomonnaies, permet aux utilisateurs de personnaliser la manière d’utiliser la blockchain NEM.

Sur la blockchain, votre espace de noms représente votre maison « où vous pouvez nommer vos propres mosaïques, fournir des noms faciles à retenir pour les adresses d’utilisateurs, et plus encore », précise l’entreprise. « Les mosaïques sont alors les éléments de base des actifs intelligents que vous pouvez utiliser pour représenter un tas de choses simples : cela peut être une pièce de monnaie, une signature, une mise à jour de statut ou plus — vous décidez ». En plus de ces possibilités, Coincheck ajoute que NEM permet également de créer des actifs intelligents comme des adresses, « qui agissent comme des conteneurs pour les mosaïques qui peuvent être connectées avec des règles Multisig. Une adresse peut simplement représenter un utilisateur, tel qu’un titulaire de compte. Mais il peut également représenter un actif individuel unique tel qu’un document, une chanson ou un paquet. Vous pouvez ensuite mettre à jour cet actif via des transactions configurables ». En somme, l’entreprise se présente comme une plateforme d’achat et de vente de bitcoins et d’autres monnaies cryptographiques basée sur des transactions de divers biens.

Il y a quelques jours de cela, l’entreprise a annoncé le piratage de plus de 500 millions de jetons NEM dont la valeur est estimée à plus de 500 millions de dollars. Mais bien avant que l’entreprise fasse cette annonce, les utilisateurs de la plateforme avaient déjà commencé à soupçonner des signes de problèmes lorsque les dépôts NEM ont été suspendus sur la plateforme. Quelques heures plus tard, toutes les transactions NEM furent impossibles sur la plateforme. Et enfin, ce fut tous les paiements qui ont été suspendus sur le site tout entier.

Vendredi, Coincheck a promis d’utiliser ses propres fonds pour rembourser plus de 46 milliards de yens (340 millions d’euros) aux clients qui ont perdu leurs jetons NEM.

Coincheck a déclaré dimanche que le montant qu’elle a promis de rembourser couvre près de 90 % des 58 milliards de yens de jetons NEM perdus suite à l’attaque.

Quelque 260 000 clients seraient touchés par le vol déclaré.

Les actifs volés de Coincheck seraient conservés dans un « hot wallet » (portefeuille chaud). Pour rappel, sans portefeuille, vous ne pouvez pas recevoir, garder ou dépenser vos jetons. Il en existe plusieurs type :
hardware wallet (portefeuille matériel) : il doit être connecté à votre ordinateur, à votre smartphone ou à votre tablette avant de pouvoir dépenser des bitcoins ;
hot wallet : fonctionnant sur des appareils (smartphone, ordinateur ou tablette) connectés à internet.

L’entreprise a assuré qu’elle a l’adresse numérique de l’endroit où les jetons ont été envoyés.

En 2014, MtGox, une autre plateforme d’échange de cryptomonnaies basée à Tokyo, s’est effondrée après avoir admis que 400 millions de dollars avaient été volés sur son réseau.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image