Chrome 66 bloquera la lecture automatique des contenus multimédias exécutés sur les pages web avec le son

Google fait des recommandations à la suite

Lorsque vous ouvrez plusieurs onglets dans votre navigateur et que des vidéos se mettent à jouer automatiquement, cela devient très vite insupportable lorsque chacune de ces vidéos joue avec le son activé. Dans pareil cas, la seule chose souhaitée est d’arrêter le plus vite possible ces vidéos. Et quand on n’y parvient pas assez rapidement, la solution généralement adoptée est de couper le son de l’appareil, en attendant de couper manuellement un par un les sons des vidéos lues ou d’arrêter simplement la lecture de celles-ci.

Tout comme les publicités non désirées peuvent mettre à mal l’expérience utilisateur d’un internaute lors de la visite d’un site web, de nombreux internautes sont d’accord pour dire que la lecture automatique des vidéos à l’ouverture d’une page web peut avoir le même effet désagréable chez les internautes surtout lorsque le son de ces vidéos est activé. Conscients de ce fait, certains sites proposent la lecture automatique de vidéos sur leurs pages web avec le son désactivé. Bien que cela pourrait être insuffisant pour certains utilisateurs, au moins l’internaute est épargné par la cacophonie générée lorsque plusieurs vidéos se mettent à jouer automatiquement ou lorsque le son de ces vidéos vient s’ajouter à celui de la musique jouée par l’utilisateur.

Pour résoudre de manière générale le problème de la gêne occasionnée par le son de ces vidéos et autres contenus déclenchés automatiquement à l’ouverture de certaines pages web, Google avait annoncé l’an dernier qu’à partir de Chrome 64, la lecture automatique serait autorisée lorsque le média ne jouera pas de son sur son appareil ou que l’utilisateur a manifesté un intérêt pour le média. Cela permettrait à l’autoplay de fonctionner lorsque les utilisateurs veulent que les médias soient lus et qu’ils respectent les souhaits des utilisateurs lorsqu’ils ne le souhaitent pas. Et au-delà du fait que cela rendrait plus agréable le temps passé sur le pages web, Google a également annoncé que cette mesure permettrait également d’unifier le comportement des ordinateurs de bureau et des appareils mobiles, ce qui rendra le développement des médias web plus prévisible sur les plateformes et les navigateurs.

Depuis cette annonce, Google s’est mis à peaufiner cette fonctionnalité et l’a proposée comme une option à activer ou à désactiver manuellement dans Chrome 64. Apparemment, les choses ont évolué dans le bon sens, c’est pourquoi la firme de Mountain View a annoncé il y a peu de jours que la version 66 de son navigateur Chrome qui sortira en avril prochain autorisera par défaut la lecture automatique d’un contenu multimédia sous les quatre conditions suivantes :

  • lorsque le contenu est muet ou n’inclut aucun son (vidéo uniquement) ;
  • lorsque l’utilisateur a interagi ou cliqué quelque part sur le site pendant la session de navigation ;
  • sur le mobile, si une application web progressive contenant un contenu multimédia a été ajoutée à l’écran d’accueil par l’utilisateur ;
  • sur le bureau, si l’utilisateur a souvent joué un média sur le site, selon la politique Media Engagement Index de Google.

Cela sous-entend que lorsque les vidéos ou autres contenus multimédias ne respecteront pas ces critères, la lecture automatique sera bloquée par le navigateur. Mais les sites web comme YouTube, Netflix, Dailymoton, etc. dont l’activité principale est la mise à disposition des contenus multimédias comme les vidéos, ne devraient pas être impactés par cette nouvelle fonctionnalité.

Du côté des développeurs, Google explique que cette nouvelle politique entraine des contraintes. La firme de Mountain View leur recommande donc :

  • d’utiliser la lecture automatique des médias intégrés dans des pages web avec parcimonie, car cela pourrait agacer les utilisateurs ;
  • de lire les médias automatiquement en sourdine au cas où ils souhaiteraient utiliser la lecture automatique tout en laissant la possibilité à l’utilisateur d’activer le son ;
  • d’utiliser les commandes natives du navigateur pour la lecture vidéo et audio afin d’assurer que les stratégies de lecture automatique sont correctement gérées ;
  • de bien définir leur code et effectuer des tests afin de s’assurer que le site web sera toujours opérationnel même si la lecture automatique n’est pas autorisée.

Si cette fonctionnalité ne vous convient guère et que vous souhaitez désactiver le son des contenus multimédias lus automatiquement sur les sites, vous pouvez utiliser l’option disponible depuis la sortie de Chrome 64 pour mettre en sourdine et de façon permanente les sites web trop bruyants.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 23 |

Actu en image