Cambridge Analytica comptait lever des fonds en cryptomonnaie

Pour financer un service qui permet de gérer et monétiser ses données personnelles

Cambridge Analytica, l’entreprise britannique d’analyse de données, envisageait de lever des fonds en émettant une nouvelle cryptomonnaie, avant de sombrer dans le scandale sur l’utilisation abusive des données personnelles de Facebook à des fins politiques. D’après le quotidien américain Reuters, la firme a contacté une entreprise pour la conseiller sur la façon de structurer une levée de fonds en cryptomonnaie (ICO), un système de collecte de fonds en ligne de plus en plus populaire impliquant l’émission d’une nouvelle cryptomonnaie. L’entreprise comptait lever jusqu’à 30 millions de dollars en cryptomonnaie pour le financement d’un projet.

On ne sait pas si Cambridge Analytica poursuit toujours de tels plans. Néanmoins, un porte-parole a déclaré que l’entreprise envisageait d’utiliser la blockchain (la technologie sous-jacente aux monnaies cryptographiques) pour aider les gens à sécuriser leurs données en ligne.

« Avant la controverse sur Facebook, nous développions une suite de technologies pour aider les particuliers à récupérer leurs données personnelles auprès des entreprises et à avoir une transparence et un contrôle complets sur l’utilisation de leurs données personnelles », a déclaré le porte-parole de Cambridge Analytica. « Nous explorions plusieurs options permettant aux personnes de gérer et de monétiser leurs données personnelles, y compris la technologie blockchain », a-t-il ajouté.

Cambridge Analytica aurait travaillé pour la campagne électorale de 2016 du président américain Donald Trump. L’entreprise a fait l’objet d’un examen minutieux depuis le mois dernier après que le New York Times a rapporté qu’elle a eu accès aux données personnelles de millions d’utilisateurs de Facebook ; ce que le réseau social a confirmé en précisant que plus de 87 millions d’utilisateurs étaient concernés. Cette situation a peut-être obligé le cabinet d’analyse à laisser tomber son projet vu sa mauvaise réputation en matière d’utilisation des données personnelles.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 34 |

Actu en image