Cadeau de noël pour les geek , Hydroge One, un smartphone avec écran holographique

Très cher, très particulier, l’Hydrogen One de RED est maintenant disponible à la vente, un véritable cadeau de Noël pour les geek. C’est le seul smartphone à écran dit « holographique » du marché. Il est aussi modulable. Le monde de la technologie s’interroge sur la pertinence d’un tel mobile après l’échec du Fire Phone d’Amazon, il y a quelques années.

Un article sur le site Futura avait déjà fait le tour du sujet dès que les premiers médias américains avaient pu l’avoir entre les mains. Aujourd’hui, l’Hydrogen One n’est plus seulement un échantillon de test, mais bel et bien un smartphone disponible en magasin. Sa particularité : être le seul mobile du marché doté d’un affichage holographique, autrement dit, capable d’afficher en 3D sans nécessiter le port de lunettes. La seule présence de cet afficheur permettant d’obtenir un effet de profondeur sur l’écran de 5,7 pouces pourrait être en soit un argument. Pour réaliser ces images en 3D, le mobile exploite l’un de ses doubles modules photo conçu par et pour les pros. Reste son design angulaire massif qui le réserve également à un public particulier.

La promesse : un smartphone à part, pour les vidéastes et les amateurs d’image

L’Hydrogen One n’est pas conçu par une marque chinoise, ou l’un des acteurs habituels du secteur High-Tech. Il provient de la société américaine RED qui est spécialiste de la conception de caméras pour le cinéma. Issu d’un univers de pros, et outre la particularité de son affichage en 3D, son module photo est supposé délivrer des images de qualité. Il est pourvu d’un mode dit « H4V » capable de filmer en 3D, mais qui ne gère étonnamment pas la 4K à 60 images par seconde. Par ailleurs, la qualité des clichés en intérieur a été jugée médiocre par les premiers testeurs. Le module photo arrière dispose de deux capteurs de 12,3 mégapixels. À l’avant, c’est un double capteur de 8,3 pixels qui est disponible pour les selfies. Le constructeur a prévu un bouton latéral pour déclencher rapidement les prises de vues. Un bon point donc, pour un mobile dédié à l’image.

Le smartphone était à l’origine prévu pour être modulaire, à l’instar des fameux Moto Mods de Motorola, ou du projet ARA de Google qui n’a jamais vraiment persisté. Dans le cas de l’Hyrogen One, celui-ci est pourvu de connecteurs sur le dos pour recevoir des accessoires. Ainsi, dans les prochains mois, il pourra accueillir des optiques classiques issues des principales marques de l’univers de la photo (Canon, Nikon, Leica, Fuji). De même, il peut être utilisé comme écran associé à une caméra professionnelle. Avec lui, c’est certain : pas ou peu de concurrence, si ce n’est au niveau de l’allure avec sa forme carrée et ses attributs de mobile durci ou de gamer, tel l’Asus ROG ou le Razer Phone 2. Il dispose d’un capteur d’empreinte sur le flanc.

Il est possible d’adapter des objectifs d’appareil photo des marques les plus courantes grâce à un adaptateur. Un argument plus séduisant que l’écran holographique du mobile. © RED

La Killer Option : l’écran holographique

Futura n’a pas eu cet écran sous les yeux, mais outre-Atlantique, aucun des journalistes ayant pu le tester n’est resté indifférent devant cet écran particulier. Certains l’ont trouvé médiocre et inintéressant, lorsque d’autres ont été bluffés par la prouesse technologique. La marque a, par exemple, filmé un chat à partir du mobile et a diffusé en temps réel l’image holographique de celui-ci sur un second modèle du mobile. L’image reproduite n’a rien d’un hologramme en réalité. Elle repose sur le même genre de technologie dans laquelle s’était aventurée, avec perte et fracas, Amazon avec son Fire Phone. L’affichage 3D, sans lunettes spéciales ni soucis liés à l’angle de vue, repose sur un procédé bien connu, celui de l’auto-stéréoscopie. On retrouve ce procédé sur la console 3DS de Nintendo, par exemple. Une couche sous l’écran permet d’orienter la diffusion de la lumière vers des directions différentes pour générer un effet de profondeur de champ. Il faut également compter sur la puissance de l’algorithme exploité pour combiner plusieurs angles de vues à partir des deux capteurs photo des modules avant ou arrière du mobile. En dehors des prises de vues à partir du mobile de la marque, il y a peu de chances que l’Hydrogen One puisse bénéficier d’autres affichages holographiques.

Le RED Hydrogen One est équipé d’un écran doté d’une technologie auto-stéréoscopique donnant la sensation optique d’un affichage en relief. © RED
Pas de composants délirants

Passé l’étonnement du combiné écran holographique associé à celui des modules photos, le mobile américain reste à la traîne côté dotation pour un mobile de son prix. Des carences, sans doute dues à son arrivée tardive sur le marché après son annonce, il y près d’un an et demie. Ainsi, au lieu du véloce Snapdragon 845, la marque a misé sur son ancêtre le Snapdragon 835, une puce qui finalement a été peu exploitée, à part par Samsung avec son Galaxy S8 en raison de son tarif élevé. En revanche, le mobile est équipé de 6 Go de mémoire vive comme pour la plupart des smartphones haut de gamme. Il dispose aussi de 128 Go de stockage dans sa version en aluminium et de 256 Go pour le modèle dont le châssis est en titane. Il est possible de l’étendre de 512 Go via une carte SD. Reste sa batterie culminant à 4.500 mAh. Une grosse capacité certes, mais qui reste équivalente, voire inférieure à celle des modèles actuels dans le même ordre de prix.

Des concurrents ? Un prix ?

C’est certain, l’Hydrogen One est seul sur le marché avec son écran de 5,7 pouces holographique doté d’une définition de 2.560 x 1.440 pixels. Il est aussi l’un des seuls mobiles modulables. Aux pros de l’image, il peut servir d’écran d’appoint à une caméra professionnelle et est capable de recevoir des objectifs photo. Son allure et son prix le positionnent d’ailleurs sur le secteur des professionnels avec un tarif d’entrée fixé à 1.295 dollars pour sa version dotée d’un boitier en aluminium. Sa déclinaison en titane disposera de 256 Go de stockage, mais elle n’est pas encore disponible. En outre, il faut débourser 75 dollars supplémentaires pour l’acheminement en France. Enfin, les accessoires, et notamment l’adaptateur qui permettra d’associer un objectif photo, sont des options. Autant de raisons qui rendent difficilement attractif ce smartphone, même pour un geek, face à des monstres de puissance comme l’iPhone XS, le Huawei Mate 20 Pro, voire un Pixel 3. Quand on sait qu’en déboursant plus de deux fois moins, il est possible d’acquérir un puissant OnePlus 6T, difficile de craquer pour l’Hydrogen One.

L’avis du site Futura

Avec un écran original, mais qui relève finalement et certainement plus du gadget qu’autre chose, l’Hydrogen One semble destiné exclusivement aux amateurs d’images plus qu’aux geeks. Plus que son écran holographique, c’est son principe de modularité qui en fait un smartphone à part, car il sera bientôt capable de recevoir des objectifs issus du monde de la photo. Le problème est que, même issu du monde professionnel de l’image, il n’apparaît pas aussi doué qu’il devrait l’être. Enfin, avec son tarif aussi conséquent qu’un iPhone XS ou un Huawei Mate 20 Pro, sa fiche technique n’est également pas niveau des derniers mobiles haut de gamme.

Fiche technique

  • OS : Android 8.1
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon 835
  • Mémoire vive : 6 Go
  • Stockage : 128 Go version aluminum, 256 Go version Titane (ext. 512 Go via microSD)
  • Taille d’écran : 5,7 pouces
  • Définition : 2.560 x 1.440 pixels
  • Appareil photo : deux capteurs arrière 12,3 mégapixels / (façade) : deux capteurs 8,3 mégapixels
  • Batterie : 4.500 mAh
  • Particularité : Ecran holographique, possibilité d’ajouter des objectifs d’appareils photo Reflex.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 12 |

Actu en image