Aujourd’hui, plusieurs satellites fonctionnent encore sous Windows 95

Ce qui les rend vulnérables aux cyberattaques

Les satellites sont les principaux acteurs du positionnement GPS, d’émission de signaux cellulaires, de la fourniture d’internet et bien d’autres. Malheureusement plusieurs de ces équipements situés à des milliers de kilomètres de la terre sont exposés à des cyberattaques qui pourraient avoir de lourdes conséquences.

En général, un système qui n’est pas régulièrement mis à jour est exposé à beaucoup de menaces. Une bonne partie des satellites fonctionnent toujours sous de vieux systèmes en l’occurrence Windows-95. En conséquence, les pirates peuvent facilement utiliser les failles de ce vieux système pour prendre le contrôle de ces satellites.

Imaginez ce que peut faire un pirate malintentionné qui a accès à un satellite. Il pourrait facilement mettre en danger tous les autres systèmes qui dépendent de ce satellite. Par exemple, il pourrait utiliser des adresses IP truquées, changer l’emplacement du satellite, arrêter les transmissions radio, couper la fourniture d’internet, etc. Vu qu’il en a le contrôle entier, il pourrait désactiver toutes les fonctionnalités du satellite.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est difficile, voire impossible, d’attaquer les systèmes de ces satellites depuis la terre, du coup il y’a très peu de gens qui peuvent le faire. Selon le média The Outline, « avec le nombre de satellites dans l’espace qui devrait tripler au cours des prochaines années, les enjeux n’ont jamais été aussi élevés ».

La vétusté du système des satellites constitue un véritable danger pour les systèmes qui en dépendent sur terre, surtout pour les grandes entreprises. C’est ce que met en évidence David Fidler, professeur de droit à l’Université de l’Indiana, qui affirme au sujet de la relation entre la cybersécurité et la politique spatiale que « les entreprises militaires et privées américaines sont tellement dépendantes de la technologie satellitaire qu’elles sont devenues des cibles évidentes. Mais la communauté internationale ne prend tout simplement pas assez au sérieux la possibilité d’une cyberattaque dans l’espace. »

Par ailleurs, quand un satellite fonctionne sous un vieux système, c’est plusieurs autres satellites qui sont en danger y compris les plus récents. Lorsqu’un pirate a le contrôle d’un satellite, il peut le faire déplacer dans l’espace et par conséquent détruire d’autres satellites par collision. De ce fait, « même si un acteur malveillant ne cible pas de nouveaux satellites coûteux, il peut cibler des satellites plus faibles qui entrent en collision avec ces satellites et créer encore plus de dégâts spatiaux », déclare The Outline.

En outre, à cause de la distance qui sépare les satellites de la terre il est difficile de détecter une intrusion dans leurs systèmes et aussi difficile d’identifier les auteurs quand ils sont piratés. Et même en cas d’intrusion, The Outline affirme que « le Traité de 1967 sur l’espace extra-atmosphérique ne fait rien. Il dicte que les nations ne sont pas censées avoir la guerre dans l’espace, car c’est une arène pour les avantages et les intérêts de l’humanité (mais aucun terme n’est clairement défini) ». Il ajoute que « la seule chose qui est clairement définie dans le traité, c’est la propriété du gouvernement ».

En résumé, un satellite piraté constitue un énorme danger aussi bien pour les autres satellites que pour les systèmes informatiques qui en dépendent sur terre. Ainsi il est nécessaire que l’on renforce la sécurité de ces équipements, en commençant par la mise à jour des systèmes qu’ils utilisent.

Auteur : Francky

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 30 |

Actu en image