Apple envisagerait de se passer des processeurs Intel sur les Mac

Pour intégrer des puces basées sur une architecture ARM

Il s’agit de confidences de tiers introduits dans la maison Intel et relayées par l’agence de presse Bloomberg. Apple envisagerait d’effacer la marque « Intel Inside » apposée à ses ordinateurs Mac. L’entreprise serait lancée sur le projet « Kalamata » dédié à la fabrication de ses propres processeurs basés sur une architecture ARM. Les premiers Mac dotés de processeurs ARM seraient attendus pour 2020.

La manœuvre ne serait pas sans précédent puisqu’Apple a effectué une transition des processeurs PowerPC du tandem IBM – Motorola vers ceux d’Intel en 2005. À date, le bataillon de microprocesseurs Intel au sein de ses appareils compte pour 5 % des revenus du fondeur américain d’après des statistiques rapportées par Bloomberg.

Le projet cache une volonté d’unification des plateformes matérielles des appareils conçus par le géant de la marque à la pomme. En substance, il est question pour la firme de Cupertino de faire fonctionner les futurs ordinateurs Mac comme des iPhone. Bloomberg liste de nombreux avantages à ce changement : augmentation de la durée de vie de la batterie – on note au passage que les Mac avec processeurs Intel ne sont pas les derniers de la classe –, indépendance vis-à-vis du calendrier de sortie des nouvelles puces par Intel, démarcation de la concurrence au travers de l’intégration plus rapide de nouvelles fonctionnalités à toute la flotte de dispositifs Apple.

Le volet logiciel de l’affaire n’a pas été oublié. Bloomberg rapporte en effet qu’une plateforme dénommée Marzipan est en cours de gestation. L’objectif est de permettre de lancer les applications iPhone et iPad sur un ordinateur Mac. Les travaux qui seraient inspirés du projet de convergence entre iOS et macOS doivent déboucher sur une plateforme annoncée pour la fin de cette année.

Il y a de quoi faire penser aux PC Windows 10 sur ARM, une initiative conjointe de Qualcomm et Microsoft. Les premiers modèles ont été officialisés au mois de décembre 2017 chez Asus et HP. Ces fleurons du programme « Always connected PC » de Microsoft viennent avec une autonomie de minimum 20 heures en lecture vidéo et jusqu’à 30 jours en mode « modern standby ».

Toutefois, Windows 10 sur ARM est frappé de limitations qui devraient se translater au cas ARM sur Mac. Comme on peut déjà s’y attendre, tous les pilotes tiers devront être compilés pour prendre en compte la nouvelle architecture à base de processeur ARM vers laquelle Apple serait en train d’aller. Du boulot en perspective pour les constructeurs de périphériques comme les imprimantes, ainsi que pour les éditeurs de jeux vidéo. Oublier dans ce contexte de mentionner que la plateforme ARM offre un support limité pour la virtualisation serait grave.

Apple a certainement conscience de tous ces inconvénients et en prenant ces derniers en compte, l’abandon d’Intel par Apple paraît improbable, du moins dans un futur proche, et ce, sur toute sa gamme de dispositifs. Qualcomm et Microsoft étaient au fait de ces limitations, mais ont quand même procédé au lancement des PC Windows 10 sur ARM. Il n’est pas difficile de voir Apple s’aligner et, comme Microsoft, compter sur les retours de la communauté pour, d’itération en itération, améliorer les produits proposés.

Dans la même rubrique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 23 |

Actu en image